Questions fréquentes : trouvez rapidement nos réponses

Comment obtenir votre carte d'adhérent, demander un remboursement, où consulter votre grille de prestations ? Posez vos questions et obtenez instantanément les bonnes réponses en cliquant sur l'icône "FAQ" à droite de la zone "Rechercher sur notre site".

La vue

La vue

Tout au long de la vie, les capacités visuelles évoluent. Si la vue se construit à la naissance, c’est enfant que les anomalies apparaissent et, à partir de 40 ans, que les signes de fatigue surviennent. Une vigilance continue est donc essentielle pour détecter et corriger le plus tôt possible les défauts visuels.

La vue au fil des âges

De la naissance à 10 ans

La vue 

A 3 jours, le nourrisson peut fixer le visage de sa maman et à 6 semaines, il le reconnaît déjà. Sa vision se construit mois après mois.

Les troubles de la vue peuvent être un handicap aux activités de la vie quotidienne et à la scolarité, notamment au moment d’apprendre à lire et à écrire. Il faut donc être particulièrement vigilant quant à son évolution.

Dépistage 

Trois examens sont obligatoires :

Le premier s'effectue au  8ème jour de la vie du nourrisson ;

Le second a lieu au  9ème mois pour s'assurer qu'il arrive à suivre un objet du regard, qu'il réagit à la lumière et qu'il ne louche pas (strabisme) ;

Le troisième doit être réalisé aux alentours du 24ème mois : le médecin montre à l'enfant une série d'images familières, de près puis de liun, et lui demande de décrire ce qu'il voit ou de lui montrer une image équivalente.

En parallèle, la Protection Maternelle et Infantile de la Santé organise des dépistages à l’école aux alentours de 3 et 6 ans.

De 10 à 60 ans

La vue 

De 10 à 20 ans, la vue se stabilise et les éventuelles anomalies se corrigent. Il faut cependant continuer à surveiller sa vue, notamment pour l’examen du permis de conduire. A 40 ans, des signes de fatigue apparaissent et un examen complet de la vue s’impose.

Dépistage 

Dans le cadre du permis de conduire, tous les candidats doivent subir les examens appropriés pour s'assurer qu'ils ont une acuité visuelle compatible avec la conduite d'un véhicule. L'avis d'un spécialiste est requis dans les cas de pathologies ophtalmologiques ;

A 40 ans, il est indispensable d'effectuer un bilan médical complet de sa vue afin de prévenir une presbytie naissante et détecter d'éventuelles pathologies ;

Après 40 ans, sans antécédent, une consultation tous les 2 à 3 ans est conseillée. Si le patient présente des anomalies et/ou antécédents familiaux, le rythme de consultations sera fixé par le médecin ophtalmologiste.

Vigilance

Un défaut visuel passe souvent inaperçu. Il faut donc être attentif à certains comportements observés chez soi ou chez les autres : clignements ou frottements des yeux, inattention à partir de 15h, écriture de travers et confusion des lettres, besoin de se rapprocher du support pour écrire, gêne liée à la lumière, mal de tête…

Au-delà de 60 ans

La vue 

Alors que la presbytie évolue rarement après 60 ans, le vieillissement de l’œil s’accompagne souvent de maladies pouvant conduire à la malvoyance ou à la cécité. Le risque augmente avec l’âge et les antécédents familiaux, d’où l’importance de consultations régulières chez l’ophtalmologiste.

Dépistage 

Après 60 ans, les visites de contrôle doivent s’effectuer tous les deux ans, voire plus fréquemment selon l’avis du spécialiste.

Les principaux troubles de la vue

La myopie : L’œil est trop grand. Il voit bien de près mais difficilement de loin. Souvent héréditaire, la myopie apparaît durant les années de l’école primaire et se développe souvent au moment de la croissance et de la puberté.

L’hypermétropie : L’œil est trop petit. Il voit bien de près et bien de loin mais doit faire un effort permanent et se fatigue vite. Tous les enfants sont un peu hypermétropes mais si ce trouble persiste au cours de la croissance, il est indispensable de le corriger.

L’astigmatisme : Au lieu d’être ronde, la cornée est de forme ovale, ce qui se traduit par une vision floue, de près comme de loin. L’astigmatisme est souvent associé à une hypermétropie ou à une myopie.

Le strabisme : Les deux axes visuels sont déviés en permanence et il n’y a pas de vision du relief. Si le strabisme n’a pas été pris en charge au plus jeune âge, l’un des yeux demeure amblyope, ce qui signifie que son acuité visuelle sera faible et non perfectible.

La presbytie : A la quarantaine, le cristallin ne peut plus se déformer suffisamment pour assurer la mise au point en vision de près. Ce phénomène concerne aussi bien les hommes que les femmes. Il se traduit par la nécessité de s’éloigner pour lire, d’augmenter la luminosité et, pour les myopes, de retirer ses lunettes pour distinguer les petits caractères.

L’insuffisance de convergence : Les muscles ne peuvent pas maintenir la convergence toute la journée. Ce système peut entraîner des maux de tête et, parfois, une vision double en fin de journée, notamment lors d’une activité intense en vision de près.

La cataracte : Elle concerne environ 38% des plus de 65 ans. Elle survient lorsque le cristallin perd de sa transparence et s’opacifie. Le plus souvent, elle évolue lentement avec le vieillissement et se traduit par une perception fade des couleurs et une impression de voile blanc.

La DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge) : Cette maladie peut se développer à partir de 50 ans. Elle touche 1,5 million de personnes en France, dont 500 000 ignorent en être touchées. Elle atteint la partie centrale de la rétine et conduit à une malvoyance sévère. Seul le dépistage précoce et un traitement médical ad-hoc permettent de ralentir son évolution.

Le glaucome : Il correspond à une augmentation de la pression oculaire qui se traduit par une atteinte irréparable du champ visuel périphérique. Le glaucome ne peut être détecté que lors d’un examen médical qu’il est essentiel de programmer régulièrement à partir de 50 ans.

Solutions correctrices : quelques précautions d’usage

Lunettes de vue et de soleil

Pour les moins de 18 ans, la loi impose des verres organiques ou polycarbonates (plastique), résistants aux chocs ;

Avant 6 ans, il est très fortement recommandé de ne choisir que des montures en plastique ;

Les lunettes de soleil doivent être accompagnées d'une notice d'information en français, indiquant notamment les nom et adresse du fabricant et/ou de son mandataire établi dans un Etat de la Communauté Européenne (Source : Lunettes de soleil, 22/05/2013, Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF)) ;

Le marquage  « CE » et la catégorie de protection, entre 0 et 4, doivent être mentionnés sur l'étiquette ou la monture des lunettes de soleil, voire sur l'emballage. Pour un usage courant, la catégorie 3 est recommandée. La catégorie 4 est réservée aux conditions extrêmes, le ski par exemple, mais est inadaptée à la conduite.

Lentilles

Les lentilles de contact doivent toujours être utilisées en complément des lunettes de vue ;

Les lentilles doivent être prescrites par le médecin spécialiste après un examen complet qui établira la compatibilité, ou non, de l'œil  à l'adaptation. Dans le cas contraire, l'œil peut être gravement endommagé ;

Effectuez un examen ophtalmologique une fois par an ;

Respectez la durée maximale de port indiquée par l'ophtalmologiste et la durée de vie de la lentille (mensuelle = 30 jours d'exposition à l'air) car au-delà, la lentille est toxique ;

Une lentille détériorée ne doit jamais être posée sur l'œil ;

Ne dormez jamais avec vos lentilles, sauf celles prescrites pour cet usage ;

Evitez de porter vos lentilles sous la douche ou à la piscine ;

Ne prêtez ou empruntez jamais des lentilles, sous peine de risques sérieux d'infection ;

Entretenez vos lentilles selon le mode d'emploi indiqué et changez d'étui régulièrement.

Quelques conseils

Sauf avis contraire, portez vos lunettes en permanence, y compris dans la cour ou à la cantine pour les enfants ;

Surveillez la distance œil/écran (≥ 50 cm) et l'orientation de l'écran (toujours face à vous) ;

Réglez la position de l'écran en fonction de la correction (plus bas en cas de port de verres progressifs ou de lentilles) ;

Faites des pauses (20 secondes toutes les 20 minutes) si vous vous trouvez devant un écran d'ordinateur ou si vous jouez à des jeux vidéo ;

Certaines traitements altèrent la vigilance et la capacité de conduire. Vérifiez la présence de pictogrammes d'alerte sur le conditionnement de vos médicaments ;

Des lunettes « de confort » sont conseillées dans les situations où l'œil fait un effort particulier : lecture, ordinateur, télévision ... Le traitement « antireflet » est aussi recommandé pour travailler sous lumière artificielle ou sur ordinateur et pour la conduite de nuit.

 

 

Contenu élaboré avec l’aide de l’Association Nationale pour l’Amélioration de la Vue (ASNAV)